Compagnons d'un jour

Mon avis de lectrice sur quelques livres au gré de mes envies.

Trois secondes de trop de Rachel Joyce - XO. Editions

Deux secondes de trop joyce 1Par un été de 1972, un jeune garçon, Byron, se jette sur sa mère au volant de sa Jaguar lorsqu'il voit que sa montre recule de 2 secondes. L'accident entraine la décadence progressive de la vie de Diana.
Première remarque : je ne me souvenais pas que l’on ajoute 2 secondes à notre temps régulièrement depuis 1972 et j’ai été ravie de l’apprendre !J’ai tellement aimé le 1er roman de Rachel Joyce que je n’ai pas hésité à tenter le 2ème.
Malgré quelques longueurs, je n’ai pas lâché la lecture, preuve que j’avais très envie de connaître ce qui allait se passer, surtout dans l’alternance entre Byron et Jim. La préservation des apparences, la culpabilité et la névrose sont au cœur des descriptions exceptionnelles que fait Rachel Joyce de la lande et de la société anglaise des années 70. L’amour filial et l’amitié y sont également superbement exprimés. Tous les ressorts du bon roman sont utilisés : mystère, décor, sentiment…

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

L'instant présent de Guillaume Musso - XO Editions

Cv l instant present gmusso 665x1024 1Pas facile de vivre le moment présent lorsque le temps nous est compté ! Comme d’habitude, on ne lâche pas cette histoire incroyable composée de voyages aller-retour entre conscient et inconscient, entre réel et irréel ! Mais pendant que le cadencement des 4 premières parties frise la perfection, la 5ème arrive d’un bloc avec l’utilisation à mon avis, maladroite, d’une revue de presse. C’est dommage de suivre assidument tous les méandres de cette histoire pour au bout du compte, atteindre une chute dans une réalité dont je ne vois pas comment on peut se relever alors que les 2 personnages principaux, eux, prennent un nouveau départ. En clair, je n’ai pas aimé cette dernière partie. En revanche, j’ai beaucoup aimé le décor du phare, la transmission intergénérationnelle et la revue des faits marquants de ces 25 dernières années avec entre autre, l'explosion technologique. Mais dans le registre écriture surnaturelle de Musso «  La fille de papier » reste toutefois bien supérieure.

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

 

Au plaisir d'aimer de Janine Boissard - Ed. Flammarion

41y8nnvsd1l3 soeurs héritent du château familial à la mort de leur père et se donnent pour objectif de poursuivre son œuvre: celle d’accueillir en ce lieu de jeunes artistes-peintres. Pour sauver le château, elles décident d’ouvrir les portes aux dames bourgeoises de la ville de Poitiers afin que celles-ci posent pour les artistes.

Habituellement fan de Janine Boissard, me voici avec un avis mitigé.
Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu des difficultés à rentrer dans le livre et notamment à retenir les noms et les traits de caractère des très nombreux personnages, trop peut-être ? D’autant qu’il ne se dégage pas de réel personnage principal à moins que ce ne soit le libertinage qui s’y instaure progressivement ?
Il ne se passe pas grand-chose d’exceptionnel dans ces quelques 300 pages, toutefois bien écrites. L’amour et le sexe, au centre du livre, sont toujours décrits avec beaucoup de délicatesse et de poésie par l’auteur.
Sur la forme, je suis une adepte du cadencement donné par la succession de chapitres courts (3 à 4 pages maxi).

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

Ombres chinoises de Lisa See (suite de Filles de Shangaï) - Ed. Flammarion

Voici ce que j’avais écrit sur le site du réseau Au fil des pages 78 à propos des « Filles de Shangaï » : une histoire d’amour et de rivalité entre 2 sœurs chinoises, d’abord à Shanghaï entre tradition du culte des ancêtres et modernité du quartier occidental, le tout sous l’invasion japonaise, ensuite à Chinatown de Los Angeles entre capitalisme et racisme, le tout sous la menace de l’extradition et la montée du communisme en Asie. Un cocktail détonnant d’oppositions de mœurs et de culture !

9782081276451 cm 1« Ombres chinoises »  en constitue la suite mais peut être lu sans avoir pris connaissance du 1er volume malgré, à mon avis, la non perception des subtilités qui relient les personnages. Joy, la fille de 19 ans de Perle et de May peut paraître inconsciente de s’enfuir en Chine mais c’est vital après ce qu’elle vient d’apprendre sur ses origines. Et là, le lecteur découvre toute l’horreur et les conséquences humaines désastreuses de l’embrigadement et de la propagande du nouveau régime chinois. Perle part également en Chine pour retrouver sa fille. Le Grand Bond en Avant de Mao est alors décrit de 2 points de vue, celui de la mère en ville et celui de la fille à la campagne. Le père biologique de Joy oscille entre 2 en temps qu’artiste réquisitionné par le régime. Ainsi, le roman sentimental qui unit les personnages fait place au roman historique qui met en exergue l’instinct de survie. Je n’ai jamais tant appris sur l’histoire récente de la Chine !

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

Elle et Lui de Marc Levy : style léger ? Oui, mais...

9782221157831 1J’ai lu tous les livres de Marc Levy ; à l’exception des « Enfants de la liberté ». J’apprécie particulièrement l'auteur pour l’originalité de ses histoires qui me font facilement rêver.  
Le début d’Elle & lui m’a toutefois laissé un arrière-goût de déjà lu et vu ; ce pour deux raisons : d’une part l’intervention des personnages principaux du premier livre « Et si c’était vrai ?» et d’autre part l’utilisation en toile de fond d’un site de rencontres. La fin, quant à elle, m’a paru trop précipitée…
Mais le corps de l’histoire m’a offert plein de surprises qui sont loin de m’avoir laissée indifférente : de la promenade sur le toit de l’Opéra à la dénonciation de la dictature coréenne en passant par, et ce ne sont pas des moindres, les états d’âme qu’amène l’écriture, en l’occurrence ceux de l’auteur même.
Ce dernier rend ainsi hommage au métier de traducteur faisant le succès ou pas d’un livre à l’international. Et puis, le lecteur apprendra, sous l’angle de la comédie, la gymnastique qui consiste à écrire une nouvelle histoire à partir d’un vécu déplacé de son contexte réel.  Marc  Lévy nous dévoile également un de ses secrets d’écrivain : comment parler de soi à travers un personnage. On remarquera aussi, à ce stade de la réflexion que dans ses livres, Marc Lévy aborde, mine de rien, des thèmes sérieux tels que le coma, le mystère de la vie et de la mort, ou ici, la dictature… Bref, sous leurs airs légers tant dans leur contenu que dans leur style, chaque livre devrait interpeller le lecteur sur bien des sujets.
Du point de vue de la mise en page, j’ai apprécié les cadres que l’éditeur a réservés  aux SMS.

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

 

L'orpheline de Saint-Aubin d'Isabelle Chavy - Ed. Nouvelles Plumes

L orpheline de saint aubin 1D'un point de vue historique :
On ressent  les blessures laissées par la 1ère guerre mondiale, notamment le nombre insuffisant d’hommes dans le village. En revanche, l’arrivée de la seconde guerre mondiale est à peine effleurée.
D'un point de vue du personnage principal :
Pauline est très attachante. Ecorchée par la vie, elle sait s’adapter et apprécier les petits bonheurs qu’elle saisit au quotidien. Rêveuse et romantique - de par ses lectures – elle passe néanmoins à côté de l’Amour, figée dans son perpétuel espoir de rencontrer le prince charmant.
D'un point de vue des lieux :
Le village et les paysages sont assez bien décrits, les intérieurs un peu moins, notamment l’aménagement que Pauline fera de sa chambre aux Eglantiers. Le passage sur la vie d’étudiante à Dijon m’a un peu étonnée - fréquentation de cafés, tabac, circulation automobile – était-ce vraiment comme cela dans les années 30 ?
D'un point de vue général :
Ce livre est une tranche de vie de l’entre-deux guerres dans la campagne bourguignonne, au sein duquel il ne se passe rien d’extraordinaire mais bien écrit. On se laisse emmener sans difficultés dans cette vie simple et attachante. Une lectrice belge dira qu’il est dans la lignée d’un Pagnol…

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

L'autre rive du Bosphore de Theresa Révay - Ed. Belfond

9782714454829 1De la même trempe que le Châle de Cachemire de Rosie Thomas sur l’Inde, l’autre rive du Bosphore m’a fait découvrir sur un fond romanesque tout un pan de l’histoire de la Turquie du début du XXème siècle que je ne connaissais pas. La lecture commence tranquillement pour s’imprégner des lieux majestueux et des ambiances épicées, s’accélère progressivement avec quelques faits politiques et se termine par une explosion de révolte conduisant à l’indépendance du pays. Istanbul étant à l’époque cosmopolite, les personnages turc, grec, anglais, français, russe et allemand y cohabitent plus ou moins harmonieusement. Mais au-delà de leur différence, c’est la tradition orientale et la modernité occidentale qui s’affrontent ici pour finalement mener son héroïne musulmane vers la liberté mais malheureusement après la perte des êtres qui lui sont les plus chers. Theresa Révay dresse en Leyla un magnifique portrait de femme sensuelle, intelligente et dévouée.
L’ensemble richement documenté se lit bien malgré l'utililisation de quelques mots  locaux. Petit conseil : prendre connaissance avant lecture du glossaire situé à la fin, ce qui évitera de s’interrompre notamment en début d’ouvrage !

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

Aux sources du vent de Frédéric Jeorge - Ed. Nouvelles plumes

Couv96 1Malgré le déroulement inattendu de cette histoire au Vietnam, je suis un peu déçue. Les lieux sont magnifiquement décrits mais souvent de manière trop longue au détriment des subits rebondissements  dans l’action. L’incursion du genre fantastique dans le récit à tendance historique m’a plutôt déstabilisé, au point de me demander si la cité décrite existe. Alors que toute la lutte de l’héroïne tourne autour de la sauvegarde d'une concession d'opium, la fin reste floue à ce sujet pendant que l’amour à peine effleuré dans les pages précédentes prend ici toute son importance. L’écriture est belle.

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

Dans la peau de Meryl Streep de Mia March - Ed. Presses de la Cité

9782258099913 1Comme l’auteur de ce livre, j’aime beaucoup l’actrice Meryl  Streep, particulièrement dans Out of Africa où elle tient le rôle de Karen Blixen : « J’avais une ferme en Afrique… ». Le titre et la 4ème de couverture de ce livre ne pouvaient alors que m’interpeller, mais je garde néanmoins une impression mitigée de ma lecture.
Mon avis
J’ai aimé l’excitation qui règne à la perspective de chacune des soirées ciné de Lolly. Mais j’ai trouvé que les comparaisons établies par l’auteur entre les situations que rencontrent ses 4 héroïnes et celles jouées par Meryl Streep dans  ses différents films sont un peu tirées par les cheveux, voire même parfois inappropriées avec peu de rapport entre elles.

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

Le Châle de cachemire traduit par Marie-Axelle de La Rochefoucauld

Le chale de cachemire1 1 2J’ai déjà déposé un article sur Le Châle de cachemire dont je viens de relire les quelques 660 pages pour mieux en apprécier la finesse. Malgré la guerre, les attentats, la pauvreté, ce livre est décidemment une perle ! L’histoire, le rythme, les paysages, les personnages et le style frôlent la perfection. Je me dois de féliciter ici Marie-Axelle de La Rochefoucauld qui a traduit en français toutes ces pages écrites par Rosie Thomas en anglais pour, à travers les mots justes, nous immerger aussi bien au Pays de Galles qu’en Suisse ou en Inde et nous narrer cette incroyable quète d'identité.