Marie-Axelle de La Rochefoucauld

Les brumes du Caire de Rosie Thomas, traduit par Marie-Axelle de La Rochefoucauld

Les brumes du Caire_c1Après le châle de Cachemire, je n’ai pu résister devant les brumes du Caire, la démarche de Rosie Thomas et sa narration alternée entre générations étant la même dans les 2 romans. J’ai toutefois préféré le châle de Cachemire pour lequel j’avais développé une véritable fascination.
J’ai aimé l’histoire d’Iris dans cette ville du Caire, malgré la guerre, mais je m’y sens bien moins attirée aujourd’hui avec cette grisaille et odeur de carburant à travers les déambulations de Ruby, en pleine crise d’adolescence – je n’ai pas trop accroché sur le personnage - et ce, malgré la présence des mythiques pyramides. L’escapade des amants des années 40 dans le désert m’a transportée alors que celle de la grand-mère et de sa petite fille m’a épuisée ! J’aurais aimé en savoir plus sur Iris dans l’exercice de sa profession de médecin. Sa maison au Caire, quant à elle, m’a moins envoutée que le châle de Cachemire.
L’excellente qualité de la traduction de Marie-Axelle de La Rochefoucauld reste d’actualité pour transmettre avec précision la belle écriture de Rosie Thomas dans l’alternance de ses personnages.

Cliquez sur l'image pour aller sur le site de l'éditeur

Le Châle de cachemire traduit par Marie-Axelle de La Rochefoucauld

Le chale de cachemire1 1 2J’ai déjà déposé un article sur Le Châle de cachemire dont je viens de relire les quelques 660 pages pour mieux en apprécier la finesse. Malgré la guerre, les attentats, la pauvreté, ce livre est décidemment une perle ! L’histoire, le rythme, les paysages, les personnages et le style frôlent la perfection. Je me dois de féliciter ici Marie-Axelle de La Rochefoucauld qui a traduit en français toutes ces pages écrites par Rosie Thomas en anglais pour, à travers les mots justes, nous immerger aussi bien au Pays de Galles qu’en Suisse ou en Inde et nous narrer cette incroyable quète d'identité.